UN PRESIDENT QUI COLLE

 

Vendredi 16 juin. 17 heures.

Rendez-vous est pris  à quelques encablures de La Roche-sur-Yon, histoire de constater que les dispositifs illégaux sont bien toujours en place, malgré la loi, deux ans après.

Le travail est fini

La presse est là, ainsi que le président Daniel et trois de ses acolytes. Ces derniers sont prêts, affutés pour en découdre avec ces illégalités. Cocote minute remplie de colle, escabeau, matériel de tapisserie… tout est opérationnel. Chacun à son rôle. Gérard encolle les affiches, l’autre Gérard assure l’équilibre du président qui se voit confier les deux affichettes « PANNEAU ILLEGAL » à placarder sur les dispositifs fautifs. Lui qui n’a jamais fait cet apprentissage apprend vite et arrive, après quelques approximations à un travail soigné.

 Il a bien fallu se frotter aux orties, traverser un fourré épineux, faire de l’escalade sur un échafaudage branlant, mais notre colleur en est à chaque fois ressorti vainqueur et satisfait.

Soyons sérieux un instant. Il s’agissait, en présence de la presse locale et régionale, de faire une « opération coup de poing » sur des dispositifs publicitaires encore en place alors que la loi les interdit depuis juillet 2015. Faire comprendre aux maires qu’ils ont le devoir et l’obligation de faire disparaître ces pré-enseignes qui fleurissent encore le long de nos routes. La précédente opération, en mai avait révélé et relevé plus de 150 infractions entre Brétignolles-sur-Mer et l’Herbaudière. Et malheureusement, il y a encore du travail pour de nombreuses années.

 

Bonne lecture sur Ouest-France en page 9, en date du 17 juin 2017 : « ILS CHASSENT L’AFFICHAGE SAUVAGE »