Ils sont pourtant remarquables.

 

Ouest-France se fait l'écho de quelques découvertes en Loire Atlantique, qui peuvent devenir des buts de visite éclair.

Plusieurs arbres remarquables sont évoqués. J'en ai retenu 3. Je vous les livre avec leur commentaire. Naturellement, les textes sont tirés d'Ouest-France et recopiés sans modification.

 

1 - Le châtaignier du GR3 de Saint-Etienne-de-Montluc

Le châtaignier du GR3, qui passe par Saint-Etienne-de-Montluc, est un point de repère pour les habitués de la marche. Très imposant, légèrement reculé sur le bord du chemin, l’arbre mesure 15 mètres de haut et six mètres de circonférence. Les châtaigniers ne sont pas rares, mais ils risquent de le devenir en Pays de la Loire. Ils sont atteints de la maladie de l’encre. Ce sont des champignons qui les tuent à petit feu.

Populaire par sa localisation, et majestueux par sa taille, ce châtaignier est remarquable aussi par son âge puisqu’il souffle, cette année, sa 500e bougie. Enfin, un arbre comme celui-là, peut vivre jusqu’à 2000 ans !

Comment le trouver ? Arrivé au village de la Bernardière, il faut prendre le sentier du GR3. De là, marchez 400 m. L’arbre se situe dans le bosquet, sur la droite.

 

 2 - Le cèdre du château du Plessis, à Orvault

 Au cœur de la prairie, il s’intègre parfaitement dans le paysage et magnifie à sa manière la belle ordonnance de la façade claire de style Empire, à colonnes et terrasse du château.

Depuis quand est il là ? Depuis que François Guillet de la Brosse, qui a fait fortune aux Antilles a acheté la propriété en 1 815 et entamé la construction d’une nouvelle demeure sur les ruines de l’ancienne.

Fut-il planté plus tard en 1830 par son fils Julien à l’achèvement du château, dont les plans furent dessinés par Étienne Blon, architecte nantais à qui l’on doit également la création de la place Mellinet à Nantes et le manoir de la Chantrerie sur les bords de l’Erdre ? Pour André Guery, membre de l’association des arbres remarquables de France, il aurait 250 ans.

C’est un colosse de plus de 6, 650 m de circonférence qui sans doute vivra longtemps. Certains vivent jusqu’à 1 000 ans.

 

3 -  Le Séquoia géant de la Fleuriaye, à Carquefou

 

Le sequoiadendron giganteum, ce colosse géant et fragile originaire de la Sierra Nevada en Californie, peut vivre plusieurs milliers d’années. Mais les naissances sont si rares. « Il produit des millions de graines, mais ne germe qu’une graine sur un million », explique André Guery. Sans descendance, le vieillard se fait rare et cher « Il fut un temps où le cours des graines de séquoia géant valait plus cher que celui de l’or".

Le séquoia de la Fleuriaye aurait été planté ici après 1860 par Elzéar Bouvays de la Fleuriaye. Et certains le disent fils d’Hercule dont les graines, furent offertes par De Cornulier, capitaine de vaisseau sur la corvette La Galatée à son ami le général nantais Marion de Beaulieu.

Sa particularité, ce sont ses deux grosses branches basses, dont une qui touche le sol avant de reprendre la direction des cieux. Et une bonne grosse circonférence de plus de 7 mètres.

Où le trouver ? Au rond-point de la Fleuriaye, à Carquefou, il faut suivre la direction « château de la Fleuriaye » jusqu’au parking. L’arbre se trouve dans le parc.

 Si cela peut vous donner des idées de visite, profitez-en: l'été n'est pas fini.