Qu'est-ce qu'on peut bien faire d'un chêne millénaire si on veut lui donner de la valeur?

 

Eh bien la solution a été trouvée il y a très longtemps.

Je vous en donne deux exemples, en Vendée, pas très loin de chez nous, et pas très loin l'un de l’autre.

On transforme tout simplement l'arbre en chapelle.

Premier site: La chapelle Notre-Dame du Chêne, sur la commune de La Rabatelière. A localiser sur une carte du département.

Édifiée en 1873, à l'initiative du curé de la paroisse, l'abbé Hillairet, cette chapelle a été le lieu de pèlerinage depuis sa construction jusqu'en 1914. dédié à la Vierge Marie.

La construction de la chapelle de pierres blanches et d'inspiration romane entoure le tronc creux d'un chêne de plus de 15 mètres de circonférence qui appartenait à Monsieur de La Manfreyère. Elle fut bénie par Mgr Poirier, évêque de Roseau aux Antilles, en juillet 1874 puis consacrée en octobre 1874 par l'évêque de Luçon Mgr Colet. La chapelle du Chêne fut la première construction de l'abbé Hillairet due à l'architecte Victor Clair. La tête du chêne a été abattue par le vent en 1972. L'autel se trouve dans le creux de l'arbre au dessus duquel se trouve la Sainte Famille, ce qui forme une sorte de baldaquin. Les nombreux cierges qui ont été allumés dans cette chapelle ont provoqué un début d'incendie, dont on voit encore les traces de noir.

 

 

Second site: Le gros chêne de la Chevasse, Saint-Sulpice-le-Verdon (Vendée)

Quatrième chêne monumental de France. Millénaire (certains lui attribuent 2000 ans), avec 14,5 mètres de circonférence à la base et 9,5 m à 2 mètres de hauteur.
Au moyen âge les baillis venaient y rendre la justice.
Aujourd'hui il est malheureusement mort, mais entretenu par des associations locales dynamiques et dévouées.

 

 A noter que la Vendée n'a pas l'apanage de ces sanctuaires. Le plus célèbre en France est celui d'Allouville Bellefosse.